Pour sa troisième journée, la 16e édition du festival a réuni des chanteurs et musiciens exceptionnels. A la clé : une programmation exigeante et populaire.

Rabat, le 15 mai 2017 : Après deux journées en apothéose, Mawazine a poursuivi son voyage à travers les musiques du monde. Et pas n’importe lesquelles, puisque le festival a convié le public à un concert exceptionnel, sur la scène de l’OLM, en présence du légendaire Nile Rodgers. Compositeur, producteur, arrangeur et guitariste, le cofondateur et leader du groupe CHIC, dont l’influence sur la musique populaire moderne est considérable, a interprété ses plus grands tubes, tels que Good Times, Le Freak et le récent Get Lucky, acclamé par la foule pendant une prestation qui aura duré plus d’une heure. Considéré comme un mythe vivant de la scène, Nile Rodgers a vendu au cours de sa carrière plus de 200 millions d’albums et 50 millions de singles à travers la planète. Le magazine Rolling Stone l’a classé parmi les 50 personnes les plus importantes du monde de la musique.

Autre scène, autre star : à Nahda, c’est la diva libanaise Nawal Al Zoghbi, plus de 14 albums à son actif, qui a enchanté le festival avec ses plus belles chansons, reprises en choeur par un public de fans réunissant toutes les générations. Au même moment, la scène africaine du Bouregreg a réservé aux spectateurs un moment particulière en présence du couple Amadou et Mariam, qui ont promené leurs notes chaleureuses tout en défendant des valeurs chères qui leur sont chères, ainsi qu’à Mawazine : la solidarité, l’amour et la tolérance.

Avec toujours une place de choix, le Maroc a été à l’honneur, la scène de Salé réunissant trois grands artistes nationaux : Hamid Bouchnak, plus de 11 albums au compteur et une carrière riche de sonorités marocaines ouvertes aux musiques du monde ; Cheba Maria, chanteuse de raï originaire de Casablanca et disque d’or en 2003 avec l’album Rain’b Fever ; et Cheb Kader, qui fait partie des artistes qui ont popularisé le raï en France et dans le monde.

Au Théâtre National Mohammed V, l’icône de la scène musicale grecque, Eleftheria Arvanitaki, a interprétant le grand patrimoine des chants icariotes. Sa voix au timbre délicat, à la fois sensuel et léger, son expressivité tendre et profonde, sa douceur et sa finesse ont séduit un public nombreux venu découvrir cette référence de la poésie et du chant helléniques, qu’elle mêle avec brio aux influences du jazz et de la variété.

Autre très grand moment de la journée, au Chellah, Justin Vali a exécuté un numéro de virtuose de la valiha, cette cithare tubulaire en bambou emblématique de Madagascar. Ambassadeur de la musique de la grande île, le musicien, qui sillonne les scènes du monde, s’est produit aux côtés des plus grands, comme Peter Gabriel et Kate Bush. Pour ce concert exceptionnel, il a invité cinq musiciens maîtrisant toute la richesse des styles musicaux de Madagascar.

Enfin, comme il est de tradition, Mawazine a aussi investi pour cette deuxième journée les rues de Rabat et de Salé avec des fanfares et spectacles de rue qui ont réuni les troupes marocaines Oussama Band, spécialiste des arts du cirque, et Groupe Bakho Atika, reconnu pour sa maîtrise de la danse et de la dakka marrakchia.

Informations utiles :

16e Festival Mawazine-Rythmes du Monde du 12 au 20 mai 2017.

A propos du Festival Mawazine Rythmes du Monde :

Créé en 2001, le festival Mawazine Rythmes du Monde est le rendez-vous incontournable des amateurs et passionnés de musique au Maroc. Avec plus de 2 millions de festivaliers pour chacune de ses dernières éditions, il est considéré comme le deuxième plus grand événement culturel au monde. Organisé pendant neuf jours, chaque année au mois de mai, Mawazine offre une programmation riche et exigeante qui mêle les plus grandes stars du répertoire mondial et arabe, faisant des villes de Rabat et Salé le théâtre de rencontres exceptionnelles entre le public et une kyrielle d’artistes de renom. Très engagé dans la promotion de la musique marocaine, Mawazine consacre plus de la moitié de sa programmation aux talents de la scène nationale. Porteur des valeurs de paix, d’ouverture, de tolérance et de respect, le festival propose un accès gratuit à 90 % des concerts, faisant de l’accessibilité des publics une mission essentielle. Il est en outre un soutien majeur à l’économie touristique régionale et un acteur de premier plan dans la création d’une véritable industrie du spectacle au Maroc.

A propos de l’Association Maroc Cultures :

Créée lors d’une assemblée générale tenue à Rabat le 23/10/01, conformément aux dispositions du Dahir du 15 novembre 1958, Maroc Cultures est une association à but non lucratif qui s’est fixée pour mission principale de garantir aux publics de la région de Rabat-Salé-Zemmour-Zaër une animation culturelle et artistique d’un niveau professionnel digne de la capitale du royaume. En écho aux valeurs fondamentales de la politique de développement de Sa Majesté Le Roi Mohammed VI, Maroc Cultures concrétise cette noble mission via le Festival Mawazine Rythmes du Monde ainsi que différentes manifestations, colloques pluridisciplinaires, expositions d’art plastique et concerts.

" />
SOUS LE HAUT PATRONAGE DE SA MAJESTÉ LE ROI MOHAMMED VI

Actualités

© Copyright 2018 Association Maroc Cultures.