Au menu de la 7e journée du Festival : les concerts exceptionnels des deux grandes figures de la chanson américaine et égyptienne, et un trio de choc pour fêter les musiques urbaines du royaume.

Rabat, le 18 mai 2017 : Le public de Mawazine l’attendait avec impatience… et il n’a pas été déçu ! Leader du célèbre groupe de frères Jonas Brothers, Nicholas Jerry Jonas a enflammé la scène de l’OLM pour sa première prestation au Maroc. Le chanteur, qui s’est toujours consacré à la musique, un domaine qui l’a mené très tôt dans le monde des comédies musicales de Broadway, a interprété ses premières chansons, ses singles à succès et les principaux tubes de son dernier album, Last Year Was Complicated, produit entre autres par Max Martin, Shellback et Mattman & Robin.

Venu tout droit d’Egypte, Tamer Hosni, fidèle de Mawazine, a lui aussi marqué de son empreinte la septième journée du Festival. Chanteur, acteur, compositeur et réalisateur, celui que l’on surnomme “le prince de la chanson pour jeunes” a fait vibrer le public de la scène Nahda en entonnant ses plus grands titres à travers une sélection de ses seize albums. Un temps fort qui a une nouvelle fois montré combien l’artiste, qui a collaboré avec Quincy Jones, Pitbull, Akon, Snoop Dogg ou encore Shaggy, reste une figure incontournable de la musique arabe dans le monde.

Le meilleur du rap made in Morocco : c’est ce qui attendait les festivaliers réunis devant la scène de Salé, où se sont produits La Fouine, Don Bigg et Masta Flow, trois des plus grands talents nationaux dans le domaine des musiques urbaines. A la clé : une soirée très longue et un show inoubliable, qui rappellent combien Mawazine est aussi le Festival de toutes les musiques du Maroc.

Du royaume, Mawazine a convié ses festivaliers à un voyage musical vers la Tunisie. Au Théâtre National Mohammed V, c’est la voix de Lotfi Bouchnak qui a frôlé la perfection, sa sensibilité et son amour pour les musiques traditionnelles tunisienne et orientale en faisant depuis des années un chanteur hors pair dont les possibilités vocales et techniques ont fait sa renommé à travers toute la région.

C’est toujours en Afrique que le public avait rendez-vous le même soir avec Pat Thomas dont la voix unique, souple et onctueuse et les chants tirés des dialectes fanti et ashanti twi en ont fait l’une des plus grandes voix du Ghana. Le chanteur, qui a collaboré à de multiples reprises avec Ebo Taylor, est aujourd’hui une légende du highlife. Il s’est produit sur la scène du Bouregreg avec les jeunes musiciens à l’énergie communicative du groupe Kwashibu, entre guitares funky, cuivres incisifs et chants très roots.

De l’autre côté de l’océan Atlantique se trouve la Martinique dont le bèlè, l’art musical traditionnel de l’île, a été au centre d’une exceptionnelle soirée au coeur du site du Chellah. Chanteuse, danseuse et tanbouyée, Stella Gonis a bercée l’audience des rythmes ancestraux de la campagne samaritaine de Mornes des Esses avec une voix riche, généreuse et puissante qui n’a laissé personne indifférent.

Enfin, comme il est de tradition, Mawazine a aussi investi pour cette septième journée les rues de Rabat et de Salé avec des fanfares et spectacles de rue qui ont réuni les troupes marocaines Les Tambours du Maroc et Casa Fiesta.

Informations utiles :

16e Festival Mawazine-Rythmes du Monde du 12 au 20 mai 2017.

A propos du Festival Mawazine Rythmes du Monde :

Créé en 2001, le festival Mawazine Rythmes du Monde est le rendez-vous incontournable des amateurs et passionnés de musique au Maroc. Avec plus de 2 millions de festivaliers pour chacune de ses dernières éditions, il est considéré comme le deuxième plus grand événement culturel au monde. Organisé pendant neuf jours, chaque année au mois de mai, Mawazine offre une programmation riche et exigeante qui mêle les plus grandes stars du répertoire mondial et arabe, faisant des villes de Rabat et Salé le théâtre de rencontres exceptionnelles entre le public et une kyrielle d’artistes de renom. Très engagé dans la promotion de la musique marocaine, Mawazine consacre plus de la moitié de sa programmation aux talents de la scène nationale. Porteur des valeurs de paix, d’ouverture, de tolérance et de respect, le festival propose un accès gratuit à 90 % des concerts, faisant de l’accessibilité des publics une mission essentielle. Il est en outre un soutien majeur à l’économie touristique régionale et un acteur de premier plan dans la création d’une véritable industrie du spectacle au Maroc.

A propos de l’Association Maroc Cultures :

Créée lors d’une assemblée générale tenue à Rabat le 23/10/01, conformément aux dispositions du Dahir du 15 novembre 1958, Maroc Cultures est une association à but non lucratif qui s’est fixée pour mission principale de garantir aux publics de la région de Rabat-Salé-Zemmour-Zaër une animation culturelle et artistique d’un niveau professionnel digne de la capitale du royaume. En écho aux valeurs fondamentales de la politique de développement de Sa Majesté Le Roi Mohammed VI, Maroc Cultures concrétise cette noble mission via le Festival Mawazine Rythmes du Monde ainsi que différentes manifestations, colloques pluridisciplinaires, expositions d’art plastique et concerts.

" />
SOUS LE HAUT PATRONAGE DE SA MAJESTÉ LE ROI MOHAMMED VI

Actualités

© Copyright 2018 Association Maroc Cultures.