La huitième journée du Festival a connu la très belle prestation de la star américaine Demi Lovato ainsi que les concerts attendus des Marocains Issam Kamal, Ribab Fusion, Farid Ghannam, Asmae Lamnawar et Hatim Ammor.

Rabat, le 19 mai 2017 : Son nom est aujourd’hui inséparable de la scène américaine actuelle, à qui elle a offert certains de ses plus grands titres depuis ses débuts en 2008. Chanteuse ultra populaire, Demi Lovato a livré une prestation phénoménale sur la scène de l’OLM. D’Here We Go Again à Unbro­ken, en passant par Confident, la star a enchaîné les tubes de ses albums produits par Toby Gad, Timbaland, Missy Elliott ou encore Max Martin et repris en choeur par un public conquis par les talents de l’artiste, également ac­trice à succès puisqu’elle a tourné dans Prison Break ou encore Grey’s Anatomy.

Spécialement dédiée à la musique orientale, la scène Nahda a été le même soir le théâtre d’une programmation exceptionnelle avec les performances successives de la Marocaine Asmae Lamnawar, qui a collaboré avec l’Opéra du Caire et chanté en duo avec Kadem Al Saher, et de son compatriote Hatim Ammor, vainqueur de la cinquième édition de Studio 2M, qui a notamment enregistré avec Marouane Khoury et fait ses premiers pas en tant que comédien en Egypte puis dans la série télévisée Bent Bladi.

Du Maroc, encore et toujours, il a également été question sur la scène de Salé, où Issam Kamal, ex-leader du groupe Mazagan, Ribab Fusion et Farid Ghannam ont brillé grâce à des musiques fusionnant le styles amazighe, les chants traditionnels du Souss et les musiques villageoises. A la clé, des prestations mémorables et la participation d’un public séduit par tant de talents.

A l’honneur sur la scène du Bouregreg, c’est la musique de carnaval de Calypso Rose, qui rappelle les plages des Antilles et les couleurs de Tobago dont elle devenue l’emblème depuis les années 1970, qui a fait forte impression, la grande dame parcourant le monde depuis plus de quarante ans, brillant par son énergie et une voix de velours qui lui valent le titre incontesté de “Reine du Calypso.”

Des rythmes, il y en avait aussi au Théâtre National Mohammed V, où José Porcel et sa troupe de danse espagnole et flamenco ont littéralement scotché un  public fasciné par les chorégraphes du maître, qui a commencé à danser le folklore andalou à l’âge de 13 ans et démarre sa formation avec les grands Martín Vargas, Paco Romero, Isabel Quintero, Pedro Azorín et José Granero à l’âge de 16 ans.

Au Chellah, l’océan Pacifique et l’île de la Réunion ont été célébrées avec le groupe Saodaj’, composé de d’une nouvelle génération d’artistes reprenant le flambeau du brûlant maloya et ayant réussi le pari de placer leurs voix cristallines et l’impétueux rythme ternaire ilien dans le grand concert des musiques mondiales. Nourri d’influences, australes, ouest-africaines et européennes, le jeune quintet voyageur a surpris par la maturité de sa fusion acoustique, fidèle à son histoire et à ses ancêtres, et porté par la charismatique chanteuse Marie Lanfroy.

Enfin, comme il est de tradition, Mawazine a aussi investi pour cette huitième journée les rues de Rabat et de Salé avec des fanfares et spectacles de rue qui ont réuni les troupes marocaines Les Tambours du Maroc et Casa Fiesta.

Informations utiles :

16e Festival Mawazine-Rythmes du Monde du 12 au 20 mai 2017.

A propos du Festival Mawazine Rythmes du Monde :

Créé en 2001, le festival Mawazine Rythmes du Monde est le rendez-vous incontournable des amateurs et passionnés de musique au Maroc. Avec plus de 2 millions de festivaliers pour chacune de ses dernières éditions, il est considéré comme le deuxième plus grand événement culturel au monde. Organisé pendant neuf jours, chaque année au mois de mai, Mawazine offre une programmation riche et exigeante qui mêle les plus grandes stars du répertoire mondial et arabe, faisant des villes de Rabat et Salé le théâtre de rencontres exceptionnelles entre le public et une kyrielle d’artistes de renom. Très engagé dans la promotion de la musique marocaine, Mawazine consacre plus de la moitié de sa programmation aux talents de la scène nationale. Porteur des valeurs de paix, d’ouverture, de tolérance et de respect, le festival propose un accès gratuit à 90 % des concerts, faisant de l’accessibilité des publics une mission essentielle. Il est en outre un soutien majeur à l’économie touristique régionale et un acteur de premier plan dans la création d’une véritable industrie du spectacle au Maroc.

A propos de l’Association Maroc Cultures :

Créée lors d’une assemblée générale tenue à Rabat le 23/10/01, conformément aux dispositions du Dahir du 15 novembre 1958, Maroc Cultures est une association à but non lucratif qui s’est fixée pour mission principale de garantir aux publics de la région de Rabat-Salé-Zemmour-Zaër une animation culturelle et artistique d’un niveau professionnel digne de la capitale du royaume. En écho aux valeurs fondamentales de la politique de développement de Sa Majesté Le Roi Mohammed VI, Maroc Cultures concrétise cette noble mission via le Festival Mawazine Rythmes du Monde ainsi que différentes manifestations, colloques pluridisciplinaires, expositions d’art plastique et concerts.

" />
SOUS LE HAUT PATRONAGE DE SA MAJESTÉ LE ROI MOHAMMED VI

Actualités

© Copyright 2018 Association Maroc Cultures.